Bureau Opérationnel du Suivi du Plan Sénégal Emergent
Contenu en cours d'actualisation

Réalisations majeures

Filières agricoles à Haute valeur ajoutée (HVA) :

  • Exportations : pour la campagne 2017-2018, elles ont enregistré une hausse de 15,27% par rapport à la campagne précédente, atteignant 122 417 tonnes, soit un taux de réalisation de 77% par rapport à l’objectif annuel.
  • Autosuffisance en oignon : La production d’oignon s’élève à 428 615 tonnes en 2018 sur un objectif initial de 350 000 tonnes, soit un taux de réalisation de 122% de l’objectif fixé, permettant ainsi une couverture de huit (8) mois des besoins de consommation nationale.
  • Pomme de terre : la production de pomme de terre en 2018 a atteint 140 000 tonnes, traduisant une augmentation de 18 % par rapport à la campagne précédente.
  • Réalisations physiques majeures:
    • Réalisation de 221 fermes agricoles Naatangué et 7 Aires Agricoles Emergentes par l’ANIDA ;
    • Sécurisation de 36 870 ha (19 364 ha d’offres foncières, 17 506 ha de parcelles régularisées) et 18 milliards d’engagements d’investissements de la part des promoteurs privés sélectionnés par le PDIDAS.

Dynamique de l’horticulture : Grand bond en avant

Evolution des productions horticoles (en Tonnes) 2011/2012 à 2016/2017

 

2011 - 2012

2012 - 2013

2013 - 2014

2014 - 2015

2015 - 2016

2016 - 2017

Légumes

675 000

710 000

741 925

886 930

953 310

1 083 399

Fruits

230 000

240 000

253 075

246 500

253 500

237 000

Total fruits et légumes

905000

932000

995 000

1 133 430

1 206 810

1 320 399

Evolution des exportations (en Tonnes) 2012 à 2017

Le pari de la subvention

 

Les bonnes performances enregistrées pour les filières oignon et pomme de terre sont dues pour l’essentiel à :

  • l’augmentation de la quantité des semences de pomme de terre subventionnées  qui est passée de 14 1445 tonnes en 2017/2018 à 20 000 tonnes en 2018/2019 ;
  • l’accroissement de la quantité d’engrais subventionnés qui est passée de  10 000 tonnes en 2014/2015 à 17 600 tonnes en 2017/2018) ;
  • l’amélioration de la qualité de la production grâce au renforcement des capacités des acteurs;
  • le gel temporaire des importations d’oignon et de pomme de terre.

 

Filières d'élevage ciblées:

Les réalisations portent essentiellement sur :

 

  • la clôture du Ranch de DOLLY sur une longueur de 120 kilomètres d’un montant de 6,5 milliards de FCFA et l’implantation par le PUDC d’un forage à grand débit (200 m3/ heure) doté d’un château d’eau d’une capacité de 1.000 m3;
  • la réhabilitation/construction de 100 laiteries et de 16 centres de collecte de lait;
  • l’installation de deux (2) plateformes énergétiques laitières ;
  • l’importation de 1 590 bovins à haut potentiel laitier grâce à un partenariat entre le Ministère chargé de l’Élevage et l’Association Nationale pour l’Intensification de la Production laitière au Sénégal (ANIPL) ;
  • la dotation des acteurs en matériel et équipement ;
  • la structuration de la société de génétique animale, dans le cadre d’une convention entre le MEPA, le Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS) et le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal Emergent (BOS), pour la production de métisses productives et adaptées en vue de renforcer la compétitivité des filières animales ;
  • le démarrage des travaux de construction du centre de formation de référence aux métiers de l’aviculture;
  • l’élaboration de six (6) programmes de formation pour six (6) métiers de l’aviculture selon l’approche par compétence (APC);
  • la certification de la première cohorte de 189 apprenants dans le cadre de la mise en oeuvre du Projet de Formation pour l’Employabilité et la Compétitivité (FPEC).

Bonne dynamique des filières animales

 

  Evolution des productions avicoles (viande et oeufs de consommation)

 

Evolution de la production nationale de lait et de la contribution des différents types d’élevage

 

 

 

Sous – composante lait :  la production laitière est évaluée en 2018 à 244 millions de litres pour un objectif de 277 millions, soit un taux de réalisation de 88%. Par rapport à l’objectif global de production à l’horizon 2025 fixé à 555 millions de litres, le taux d’avancement se situe à 44% en 2018.

 

Sous - composante aviculture industrielle : les productions de l’aviculture industrielle sont estimées, en 2018, à 70 036 tonnes de viande et 706 millions d’unités d’œufs de consommation, soit un taux de réalisation des objectifs de 102% et 96% respectivement pour la viande et les œufs.

Par rapport à l’objectif global de production à l’horizon 2025 fixé à 116 000 tonnes de viande et 1 102 millions d’unités d’œufs de consommation, les taux d’avancement se situent respectivement à 60% et 63% en 2018.

 

Aviculture : véritable filière émergente

A la faveur de la mesure d’interdiction des produits avicoles en vigueur depuis 2005, l’implication du secteur privé à travers des investissements structurants, notamment les couvoirs, fermes de reproducteurs et usines d’aliments, a contribué à l’essor de cette filière grâce à l’augmentation du cheptel avicole et à l’amélioration des conditions de production.

Amélioration génétique raisonnée et développement des cultures fourragères pour une filière laitière compétitive

Au regard des investissements nécessaires à l’essor de la filière laitière sénégalaise, l’amélioration génétique et le développement des cultures fourragères constituent, entre autres, un levier essentiel pour une meilleure productivité.  A ce titre, l’option du développement de l’insémination artificielle et d’introduction d’animaux à haut potentiel alliée à l’exploitation optimale des races locales favorise une dynamique entrepreneuriale des acteurs.

Les performances enregistrées au niveau du système intensif avec l’importation d’un millier de  génisses gestantes dans le cadre d’un partenariat public – privé et l’élevage de métisses constituent une parfaite illustration de par leur contribution à la production nationale de lait qui passe de 16% entre 2008 - 2012 à 41% sur la période 2014 - 2018.

Défis

  • Lait : le défi majeur demeure la mobilisation d’investissements du secteur privé qui reste tributaire de l’environnement notamment un régime fiscal favorable et l’accès et la sécurisation du foncier. Toutes mesures qui contribueront à rendre la filière du lait local compétitive par rapport au lait en poudre importé.
  • Aviculture : le maintien de la dynamique amorcée par la filière avicole requiert la consolidation de la maitrise de la situation zoo-sanitaire et la professionnalisation des acteurs dans la perspective d’une structuration d’une filière compétitive. Pour ce faire, les facteurs déterminants du succès résident dans la mise à niveau de la filière par l’application de mesures règlementaires, le renforcement des capacités techniques des acteurs pour l’amélioration continue de la qualité des produits avicoles.

Prochains jalons clés

 
Secteur stratégiques: 

Contact

Bureau Opérationnel de Suivi du Plan Sénégal Émergent - BOS

167, Avenue Lamine Gueye x Place Soweto, Immeuble Rivonia - Dakar - Sénégal

Email : info@senegal-emergent.com

Scroll To Top